Vous en avez peut-être entendu parler sans forcément y avoir prêté attention, mais le compte personnel de formation (CPF) remplace le droit individuel à la formation (DIF).

Mais qu’est-ce que cela implique et comment cela fonctionne-t-il ? Nous allons répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser à ce sujet.

Qu’est-ce que le CPF ?

Le CPF permet au salarié de pouvoir suivre une formation, qui est dite qualifiante ou certifiante, et cela, tout au long de son activité et même durant une période de chômage. Quoi qu’il arrive son utilisation ne se fait que de votre propre initiative. Votre employeur ne peut aucunement vous imposer de le faire. Vous devez toujours donner votre accord.

Si vous désirez en bénéficier sur votre temps de travail, vous devrez donc avertir votre employeur 2 mois avant, pour obtenir une autorisation d’absence, si la durée est inférieure à 6 mois. Au-delà, vous devrez l’informer 4 mois en avance. Ce dernier aura alors un mois pour vous notifier sa réponse. Si vous n’en avez pas reçu de réponse, sachez que cela équivaut à une acceptation.

Par contre, si vous comptez l’utiliser sur votre temps libre, vous n’êtes pas tenu d’avertir votre employeur.

Comment le CPF est alimenté ?

Cela n’a rien de surprenant, mais votre compte ne sera alimenté que si vous travaillez. Sans cela vous ne pourrez pas ouvrir vos droits. Au fur et à mesure, votre cumul en euros va augmenter, tant que vous n’y touchez pas.

Vous pouvez également bénéficier d’abondements octroyés par votre employeur, dans le cas où la formation que vous visez coûte plus chère que le montant que vous avez sur votre compte. Il peut également y avoir un accord d’entreprise. Cela doit être stipulé dans votre contrat.

Sachez également que vous aurez une revalorisation du montant affiché sur votre compte et cela tous les 3 ans. En effet, il faut tenir compte de l’évolution du coût des formations et des services. Si vous êtes un travailleur handicapé, vous bénéficierez d’une majoration de 300 euros par an, avec un plafond de 8000 euros.

Comment connaître le solde de son compte CPF ?

Si vous désirez savoir où vous en êtes dans votre solde, vous aurez 2 solutions pour y accéder. Si vous avez déjà un compte France Connect, vous pouvez l’utiliser pour avoir un accès en ligne. L’autre solution consiste à vous rendre sur le site “Mon Compte Formation”, puis d’utiliser vos identifiants pour vous connecter.

En plus de connaître l’état de votre compte, vous pourrez également sélectionner votre formation et avoir une idée du coût engagé.

Quelles sont les formations financées par le CPF ?

Si votre compteur vous le permet, vous aurez la possibilité de suivre plusieurs types de formations tout au long de votre carrière. Libre à vous de réaliser une formation :

  • qualifiante, pour obtenir un diplôme ou un titre professionnel
  • pour améliorer vos connaissances ou les mettre à jour
  • pour reconnaître les compétences acquises au cours de votre carrière avec une VAE (validation des acquis de l’expérience)
  • pour créer votre entreprise ou en reprendre une déjà existante
  • pour obtenir votre permis (bien entendu, il faut que cela soit en lien avec votre exercice professionnel)

Quelles différences en CPF et DIF ?

Comme nous vous l’avons dit en introduction, le DIF a été remplacé par le CPF en 2015. Il n’est donc plus en vigueur actuellement. La grosse différence entre les 2, c’est que le Droit Individuel à la formation n’était valable que le temps où vous étiez sous contrat. Avec le nouveau dispositif, les droits à la formation vous suivent durant toute votre carrière jusqu’à votre départ à la retraite. Il faut savoir que s’il vous reste des heures DIF, elles ne sont pas perdues et peuvent être transformées en CPF. Attention ce changement n’est pas automatique. Vous devez en faire la demande en remplissant un dossier sur le site gouvernemental qui gère votre compte formation. Le CPF a remplacé le droit individuel à la formation (DIF) le 1er janvier 2015 mais le transfert des droits est possible. L’échéance avait été fixée à l’origine au 31 décembre 2020. Cette échéance a été repoussée au 30 juin 2021. Un délai supplémentaire a été accordé le 1er juillet pour permettre les personnes n’ayant pas pu se connecter le 30 juin. Un afflux de connexions avait empêché plusieurs personnes de le faire. Le délai supplémentaire n’a pas été fixé.

Qui finance le CPF ?

Depuis 2019, les choses ont évolué. Ce sont donc les entreprises qui financent ce dispositif et qui reversent le tout à la Caisse des Dépôts et Consignations. Ce financement peut monter jusqu’à 2 % de la masse salariale.

Néanmoins, la CDC prend en charge certains frais, dont les frais pédagogiques et parfois les frais de passage de certifications. Bien entendu, il faut que le solde sur le CPF soit suffisant. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez bénéficier d’un complément. Normalement, chaque entreprise cotise auprès d’un organisme paritaire collecteur agréé (OPCA). Cela permet de pouvoir compléter, si le montant n’est pas suffisant. Bien entendu, il faut que vous respectiez les critères d’éligibilité.

Qui est concerné par le CPF ?

Plusieurs profils de travailleurs sont autorisés à bénéficier de ce droit à la formation. Avant de vous les lister, vous devez savoir que vous devez être âgé d’au moins 16 ans pour y avoir le droit. Néanmoins, une dérogation peut être octroyée aux jeunes de 15 ans qui sont sous contrat d’apprentissage.

Voici maintenant les bénéficiaires du CPF :

  • des salariés
  • des professions libérales
  • des travailleurs indépendants
  • des conjoints collaborateurs
  • des personnes en recherche d’emploi

Dans le cas des travailleurs indépendants, le fonctionnement est un peu différent. Si vous êtes dans cette situation, la première chose à savoir c’est que vous devrez être à jour de votre cotisation. Ensuite, vous serez limité à un montant de 500 euros par an. Si vous ne travaillez pas à temps plein, le calcul se fera donc au prorata.

Puisque nous évoquons le temps partiel, dans le cas d’une activité salariée, le montant octroyé sur votre compte sera identique à un temps plein, si vous avez un temps de travail compris entre 10 et 50%. Le but est vraiment de donner l’accès à la formation. En dessous du mi-temps, comme pour les travailleurs indépendants, cela se fera au prorata des heures travaillées.

Pour les personnes en recherche d’emploi, le compte n’est pas alimenté durant la période de chômage. Par contre, vous pourrez l’utiliser pour suivre une formation. Il faudra faire votre demande auprès de Pôle Emploi. Sous certaines conditions, Pôle Emploi peut aussi verser un abondement, comme peut le faire un employeur.