Depuis la loi Delors de 1971 sur la formation professionnelle, la société a évolué. Il était devenu nécessaire de la réformer. En effet à notre époque et peut-être encore plus depuis la pandémie de covid19, il n’est pas rare que les salariés changent plusieurs fois de métier au cours de leur carrière. Cet article vous propose de découvrir ce que sont les différentes formations professionnelles, quelles sont leurs différences, leurs destinataires et leurs conditions d’accès.

 

Définition

 La définition même de la formation professionnelle se trouve sur le site du ministère du Travail : « Elle permet de se former tout au long de son parcours professionnel, pour développer ses compétences et accéder à l’emploi, se maintenir dans l’emploi ou encore changer d’emploi. ». La loi du 5 mars 2014 décrit les conditions d’accès à la formation en favorisant les moins qualifiés et les sans-emploi. Elle oblige l’employeur à développer des plans de formations

 

Les points majeurs de la réforme

 CPF : compte personnel de Formation

Pierre angulaire de la réforme, il remplace depuis le 1er janvier 2015 le droit individuel à la formation (DIF). Il permet à toute personne entrant dans la vie active (dès l’âge de 16 ans) de suivre des formations dans le but d’obtenir de nouvelles compétences. Contrairement au DIF, le CPF (compte personnel de formation) est lié à une personne et la suit toute sa carrière jusqu’à la retraite qu’il soit en poste, en reconversion ou demandeur d’emploi. Le salarié peut cumuler 150 h sur 9 ans. L’acquisition des heures se fait de la manière suivante : 24 h par an les 120 premières heures puis 12 h jusqu’à la limite. 

 

Mise en place d’un entretien professionnel obligatoire

Cet entretien organisé par l’employeur doit avoir lieu tous les deux ans. Il sert à faire le point sur l’avenir professionnel du salarié au sein de l’entreprise. Un bilan de son parcours sera dressé tous les six ans.

 

Les formations professionnelles

De ces entretiens découlent divers plans et actions de formation

Les actions de formation

Grâce à ces actions, les salariés les moins qualifiés et les chômeurs accèdent plus facilement aux emplois. Les employés sont à jours dans leur connaissance ce qui leur permet de se maintenir dans leur poste ou d’obtenir de nouvelles qualifications en vue d’une promotion.

 

Évaluation des compétences

Elle permet d’établir en amont des besoins réels de formation pour la réalisation du projet professionnel. Ils peuvent ou non déboucher sur une action de formation.

 

Validation des acquis de l’expérience

 Autrement connue sous l’acronyme de VAE, la validation des acquis de l’expérience donne aux salariés expérimentés la possibilité d’obtenir une certification professionnelle enregistrée au RNCP.

 

L’apprentissage

 Donne aux apprentis les outils pour acquérir des certifications, des formations générales en lien avec une formation technologique pour leur permettre de prolonger leurs études par tous les moyens mis à leur disposition. 

  

Les différents types de formations

Il y a deux grands types de formations professionnelles :

  • La formation initiale, dispensée lors de la scolarité aux jeunes et sanctionnée par un diplôme professionnel (CAP, BEP, bac professionnel), ou encore celle des étudiants. L’alternance qui permet aux personnes de 16 à 29 ans de s’immerger en entreprise fait partie de la formation initiale.
  • La formation continue destinée à celles et ceux qui ont achevé la formation initiale. Ce sont les salariés qui sur demande de l’employeur (ou en accord avec ce dernier) veulent monter en compétence, mais aussi les demandeurs d’emploi qui doivent acquérir des connaissances spécifiques pour obtenir un poste. Dans la formation continue, on trouve le contrat de professionnalisation destiné, entre autres, aux jeunes de 16 à 25 ans et aux chômeurs à partir de 26 ans